Site Overlay

Etrange épidémie

Comme vous le savez (à moins que vous ne viviez dans une grotte, en autarcie, loin de toute civilisation), le monde est en proie au Covid-19. Fort heureusement, nous connaissons plus ou moins son origine et pouvons l’expliquer. Mais imaginez une épidémie, dont la cause ne serait ni bactérienne, ni virale. Une épidémie étrange se répétant, sans remèdes, ni explications malgré l’avancée de la science. Angoissant non ? Focus sur deux de ces épidémies…

Epidémie dansante

D’accord, cela pourrait paraitre sympa comme épidémie, bien qu’étrange. Sauf que les personnes atteintes de ce mal pouvaient danser jusqu’à mourir d’épuisement. Les épidémies dansantes ont été principalement observées entre le 13ème et le 19ème siècle. La plus documentée est celle de Strasbourg.

En juillet 1518, une jeune femme se met subitement à danser en pleine rue. Ses mouvements semblent incontrôlés et rien ne parvient à la stopper. Elle est rapidement rejointe par des dizaines de personnes, hommes et femmes, jeunes et vieux qui danseront frénétiquement sans être en mesure de s’arrêter. Au total 400 personnes rejoindront cette épidémie dansante. Certains se blesseront, d’autre mourront d’arrêts cardiaque et d’épuisement. Strasbourg, inquiète, fera appelle à de nombreux médecins qui expliqueront ce phénomène par un “coup de sang”.

Sans solutions pour freiner cette épidémie qui durera plusieurs semaines, les autorités locales choisiront de guérir le mal par le mal. Des estrades seront montées pour les danseurs et des musiciens seront engagés pour les accompagner. Evidemment, rien ne s’arrange. Certains malades s’arrêteront petit à petit, d’autres seront envoyés à Saint Guy, hôpital spécialisé dans ce genre d’épidémies.

Fous rires incessants

Nous savons tous que les moments de rigolades sont bons pour la santé. Mais rire sans s’arrêter pendant plusieurs jours, n’a rien de tout à fait normal.

Tout commence en 1962 dans un pensionnat au Tanganyika (Tanzanie). Trois jeunes filles se mettent soudainement à rire sans raisons apparentes. Ce comportement, incessant, se propage très rapidement et finit par toucher 95 élèves âgées entre 12 et 18 ans. Les rires sont parfois entrecoupés de moments de répits pendant lesquels les malades ont les pupilles dilatées, sont très agités et parfois violents. Ils dureront pour certains malades jusque 16 jours. La situation est incompréhensible et immaîtrisable à tel point que le pensionnat est rapidement fermé. Les jeunes filles, une fois chez elles et isolées les unes des autres, continuent de rire. L’épidémie se propage pendant plusieurs mois dans d’autres villages et touche 216 jeunes ou illettrés, souvent des filles. Plusieurs autres écoles éloignées seront également victimes de cette épidémie pour le moins étrange.

Explications

A ce jour aucune de ces épidémies n’a d’explication scientifique, prouvée et affirmée hormis le fait qu’elles soient regroupées dans la case “hystérie collective”, plus ou moins par dépit. Cependant, plusieurs théories et hypothèses expliquent ces maladies.

L’épidémie dansante, était à l’époque considérée comme un châtiment de Dieu, voir d’une possession démoniaque. Il est vrai que le folklore strasbourgeois, de part ses nombreuses histoires paranormales, pourrait aller dans ce sens. Mais les épidémies dansantes ont été observées dans plusieurs cultures (la dernière remonte en 1863 à Madagascar). De nos jours, ce trouble pourrait scientifiquement s’expliquer par la “chorée de Sydenham”, infection dû à un streptocoque qui atteint les muscles du tronc et des extrémités, provoquant des contractions involontaires. Hors cette maladie n’a été observée que chez des enfants de 7 à 14 ans. Une intoxication au seigle, qui provoque des convulsions, est également une possibilité. Selon Jean Teulé, auteur de “Entrez dans la danse” c’est le désespoir qui a poussé les strasbourgeois à danser sans cesse.

Quant à l’épidémie de fous rires, la Tanzanie a pensé être victime de sorcellerie. Récemment, de nombreux scientifiques et chercheurs se sont penchés sur cette maladie. Après avoir exclus toute cause de virus, de bactérie ou d’intoxication, le rire a été mis sur le dos du stress; la situation de l’époque en Tanzanie étant compliquée. En effet lors d’évènements angoissants, le cerveau peut utiliser le rire de manière nerveuse, afin de libérer plusieurs hormones apaisantes. Pourquoi cette propagation ? Car le rire serait contagieux. Tout comme quand vous baillez, la personne devant vous baillera. Mais cela n’explique pas réellement pourquoi, cette épidémie a essentiellement touché des jeunes filles.

Des hypothèses qui, selon nous, semblent assez bancales…

Docteur étrange pour épidémie étrange
Envoi
User Review
4 (4 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 SURNATURBEX. All Rights Reserved. | SimClick by Catch Themes