Site Overlay

7 astuces pour trouver des lieux d’urbex

Vous vous en doutez, cette période compliquée rend nos explorations et articles d’urbex assez difficiles. Néanmoins, Surnaturbex ne se laisse pas abattre. Alors, pour cette nouvelle année, nous avons décidé de vous partager nos astuces pour que vous puissiez trouver des lieux d’urbex.

Le monde de l’exploration urbaine étant encore plus virulent que le (la?) Covid-19, nous avons longuement réfléchit avant de vous présenter ces 7 astuces sur notre blog. Mais finalement, yolo, on s’en fiche de la bien-pensance sectaire et obscure.

Bref! L’urbex ne consiste pas uniquement à pousser les portes d’un bâtiment, de l’explorer et de poster des photos sur les réseaux sociaux.

Le travail de recherche afin de trouver un lieu fait partie intégrante de la pratique. Nous connaissons l’aspect ennuyeux, frustrant et parfois décevant de cette fastidieuse étape.
C’est pourquoi, nous vous dévoilons ici nos 7 conseils pour trouver des lieux d’urbex.
Cependant, attendez-vous à devoir tout de même faire preuve de patience et de détermination dans vos recherches, critères indispensables dans la pratique de l’exploration urbaine. On va pas tout vous mâcher non plus, non mais oh !

Peu de doutes quant à savoir si ce lieu est abandonné ou non… (Château de la solitude)

Blogs, Youtube et réseaux sociaux

Dans un premier temps, s’attaquer à des lieux déjà connus dans le monde de l’urbex est un choix judicieux.
Le problème étant que vous n’avez aucune idée de leurs existences et de leurs localisations. Et bien croyez-nous, cela sera plus facile que vous ne l’imaginiez.

Il vous suffit de parcourir les nombreux blogs d’urbexeurs déjà présents sur internet.
Vous pourrez ainsi vous faire une idée des lieux présents dans votre région, mais l’avantage ne s’arrête pas là.

En principe, les articles comportent beaucoup d’indices de localisation pour qui sera en mesure de les relever.

Technique : Prenez un carnet ou une feuille et notez le nom d’urbex du lieu et tout ce qui vous semblera être des indices. (Renouvelez ce processus pour les astuces suivantes.)

Les blogueurs expliquent souvent l’histoire du lieu dans leurs articles et ces informations peuvent être très utiles par la suite.

Notez :

  1. –  Les dates (De construction, de fermeture, d’abandon…)
  2. –  Les éventuels noms (Du bâtiment, de l’architecte, du constructeur, des propriétaires…)
  3. –  Les différentes utilisations du lieu (Ancien manoir transformé en prison, hôpital utilisé pendant la guerre…)
  4. –  Son état (Ruine, toiture manquante, bien préservé…)
  5. –  Enregistrez les photos satellites s’il y en a
  6. –  Les indices de localisation (Près d’une autoroute, près d’une forêt, dans un petit village, près des habitations…)
  7. –  La date de visite de l’urbexeur dans ce lieu ou la date de sortie de l’article.

Avec ces indices, menez votre enquête sur Google en y marquant les informations que vous aurez récoltées. Par exemple : Ferme 1906 abandonnée Nord 1998 autoroute A1.


N’hésitez pas à mélanger et reformuler vos mots clés jusqu’à tomber sur de nouvelles pistes. Avec cette technique, vous sortirez des sites web d’urbex pour atterrir sur des sites plus locaux. Vous pourrez ainsi récolter de nouveaux indices plus précis sur le lieu.

La technique de recherche sera la même avec Youtube et les réseaux sociaux.

Les blogueurs ont généralement Facebook, Instagram, Twitter, voir même Youtube.
Certains abonnés, dévoués à leurs youtubeurs ou blogueurs préférés, n’hésitent pas à leur proposer des idées de lieux en commentaire, avec parfois une localisation assez précise. Gardez toujours précieusement tous les indices que vous récolterez, même ceux qui vous semblent superflus ou faux.

Car oui, certains indices peuvent être inventés ou placés pour vous induire en erreur afin que vous ne localisiez pas les lieux. Les urbexeurs sont fourbes mais c’est le jeu ma pauv’ Lucette ! Néanmoins, même ces informations erronées peuvent s’avérer utiles pour, justement, démêler le vrai du faux.

Bref, gardez tout, cela sera utile pour vos investigations et trouver des lieux d’urbex.

Actualités, presse et médias

Parfois, aucun lieu d’urbex proche de chez soi n’est mentionné dans les blogs. Si vous n’avez pas envie de faire 400km pour visiter un château en ruine, ayez une approche plus « locale ». Fiez-vous à la presse ou aux actualités internet.

Technique : Gardez toujours la même technique de prise d’informations que dans l’astuce précédente. Notez sur un carnet tous les renseignements que vous relevez mais tournez votre recherche vers d’autres sources d’indices.

Les journaux locaux relatent régulièrement les lieux définitivement fermés, abandonnés ou sur le point d’être rénovés.

Allez dans « Actualités » sur google et tapez des mots clés tels que par exemple : « Château laissé à l’abandon Nord », « usine définitivement fermée Paris», « maison abandonnée forêt » « Hôpital démolition envisagée » etc…

Faites également le tour de la presse papier qui comporte parfois des articles qui ne sont pas publiés sur internet. Evidemment, vous serez confrontés à des articles qui n’ont aucun rapport avec l’urbex. Mais ne vous découragez pas et une fois de plus, reformulez vos mots clés.

Les journalistes expliquent généralement bien l’histoire et la situation du lieu en glissant parfois des informations précises sur la localisation. N’oubliez pas également de faire un tour dans les commentaires s’il s’agit de la presse internet.

Google Maps

Le travail de recherche peut être prenant et ludique mais ne convient pas à tout le monde, faute de temps ou de patience.
Si vous n’êtes pas un détective de prédilection, peut-être que vous préfèreriez trouver des lieux de manière plus concrète et visuelle.
En ouvrant Google Maps, vous trouverez forcément quelques endroits. Cependant, attention! Pour trouver des lieux d’urbex, cette méthode a ses limites et il ne s’agirait pas de tomber dans la violation de domicile.

Technique : Les bâtiments abandonnés sur Google Map sont relativement reconnaissables.

Ouvrez l’oeil sur :

  1. –  La végétation : Les lieux abandonnés sont souvent entourés d’une végétation très massive car non entretenue.
  2. –  Les chemins éventuels : Une maison avec un chemin bien tracé et propre menant jusqu’à la route principale n’est probablement pas abandonnée.
  3. –  La toiture : Démolie ou non
  4. –  Délabrement général du lieu : En mode Street View, tentez de percevoir si les fenêtres sont plutôt neuves ou cassées.
  5. –  Présence de voitures, jeux d’enfants, mobilier de jardin : Si c’est le cas, le lieu n’est sûrement pas abandonné, passez votre chemin!

L’avantage de cette technique est que vous pourrez déjà anticiper votre visite en analysant l’emplacement de l’endroit.(Proche du voisinage, possibilité de passer par derrière, progression à découvert…). Il est également possible, avec certes un peu de recherches, de trouver des lieux en parcourant les forums.
Tapez sur google « Forum google earth urbex » puis relevez les informations mises en ligne par les internautes sur différents lieux. Je tiens à re-préciser que cette astuce a ses limites, puisqu’en fonction de la date de prise de vue, le lieu pourrait déjà être réhabilité ou détruit. De plus, il se peut que l’endroit soit tout simplement en travaux et non pas abandonné !

Contacter la ville

Qui ne tente rien n’a rien, il s’agit ici d’avoir un certain culot et une grosse confiance en soi! Cette technique concerne d’avantage les urbexeurs ayant déjà un peu d’expérience mais elle ne comporte (presque) que des avantages.

Si les lieux abandonnés que vous trouvez sont impénétrables et/ou que l’aspect “illégal” de l’urbex vous déplait, vous pourrez toujours contacter les offices de tourisme, les mairies ou les commerçants locaux.

Rien ne stipule en exploration urbaine que les visites doivent obligatoirement se faire de manière clandestine. Il s’agit ici selon nous, de la meilleure méthode pour trouver des lieux d’urbex.

Technique : Envoyez un mail ou rendez vous directement sur place. Expliquez votre projet, si vous avez un blog cela sera sûrement un avantage et vous gagnerez en crédibilité, c’est pour cela qu’il est important que vous ayez déjà un petit bagage en matière d’expérience.

Préparez correctement votre discours et présentez ce qui vous attire en urbex et pourquoi vous souhaiteriez tant franchir ces lieux impénétrables (Pour un projet de photographie, pour en savoir plus sur l’architecture du lieu, pour connaitre son histoire…).

Vous serez très certainement confrontés à des refus, c’est pour cela qu’il vous faudra contacter plusieurs villes différentes.
N’hésitez pas non plus à demander aux artisans et commerçants qui laisseront peut-être échapper quelques indices supplémentaires.

Même si personne ne vous donne les clés du lieu tant convoité, soyez reconnaissants de toutes les informations qui vous seront divulguées. (Nom du potentiel propriétaire à contacter, autres lieux abandonnés dans les villes voisines, mise en relation avec d’autres personnes…)

Si votre demande est acceptée, l’avantage est que vous aurez un accès légal et inédit à un lieu habituellement fermé et/ou surveillé.

Les renseignements qui vous seront donnés sur le bâtiment seront également une pépite d’or que vous n’auriez probablement trouvé nul part ailleurs.
Et peut-être même que si la ville est d’une bonté sans nom, on parlera de vous dans la presse locale. Un bon moyen de se faire connaitre plus positivement qu’en finissant au poste de police…

Se promener

L’urbex n’a pas attendu internet pour se développer et cette technique ancestrale fonctionnera à tous les coups.

Internet ne référence pas forcément tous les lieux abandonnés. Nous en avons d’ailleurs trouvé plusieurs, grâce à cette méthode, qui n’étaient mentionnés ni sur le web, ni dans l’actualité.

Technique : Si vous êtes véhiculés, cela sera de toute évidence plus facile. Mais il vous faudra être minimum deux pour qu’une personne puisse se concentrer sur la route et qu’une autre soit à l’affut pour observer l’environnement.

Prenez quelques heures et prévoyez un peu d’essence pour partir et suivre votre instinct. Evitez les grands axes et empruntez des petites routes que vous n’auriez jamais pensé à prendre. Arrêtez-vous dès qu’un lieu vous semble abandonné.

Si vous choisissez d’opter pour les transports en commun, la possibilité de trajet sera évidemment restreinte.
Prenez alors des lignes de bus ou de trains différents de ceux que vous empruntez habituellement et ouvrez l’oeil.

A l’aide de Google Map, vous pourrez placer des balises sur votre itinéraire dès que vous distinguerez un lieu abandonné.
A vous de voir si vous préférez sortir au prochain arrêt pour le visiter ou le garder pour faire des recherches préliminaires et savoir s’il est réellement à l’abandon. Ce serait effectivement dommage et peu rentable de sortir du bus, marcher jusqu’au lieu aperçu et vous rendre compte qu’il n’est qu’en travaux.

Si vous n’avez rien remarqué sur votre route malgré votre oeil de faucon, ne voyez pas ça comme un échec. En plus d’être désormais au courant qu’aucun endroit n’est abandonné sur l’itinéraire que vous avez emprunté, vous aurez au moins découvert de nouvelles routes, de nouveaux paysages et de nouveaux horizons.

Explorer en groupe

Cette astuce est parfois durement critiquée par les urbexeurs sectaires qui considèrent que chacun doit se débrouiller pour trouver un lieu et qu’il est trop facile de se reposer sur les trouvailles des autres.

C’est pour cela que vous devrez être en mesure d’avoir déjà un petit panel de lieux à proposer en échange, histoire de ne pas passer pour un grappilleur qui s’incruste.

Technique : Parcourez les réseaux sociaux, qui regorgent de groupes d’urbex.

Plusieurs personnes sont sans doute dans la même démarche que vous et recherchent des urbexeurs avec qui partager leurs explorations.
Vous pourrez alors trouver des personnes dans votre région et échanger vos lieux en privé pour y aller ensemble.

Notons que d’une manière générale, il est préférable d’être plusieurs pour une exploration (question de sécurité notamment) mais ce sera également un bon moyen d’échanger, de se faire connaitre, de tisser des liens et d’acquérir de l’expérience.

Parler d’urbex à son entourage

On a tendance à l’oublier mais le bouche à oreille est également une bonne technique. Même s’il serait inimaginable pour votre entourage d’aller visiter des lieux abandonnés, il y a peut-être de fortes chances pour qu’ils connaissent quelques adresses.

Technique : Parlez d’urbex avec votre famille, vos amis et vos collègues et expliquez leur votre démarche.

Pour vous faire plaisir, peut-être vous donneront-ils la localisation d’un endroit réputé abandonné et que vous ignoriez. Ou bien peut-être vous mettront-ils en contact avec d’autres urbexeurs qu’ils connaissent. Ne sous estimez pas les connaissances de votre entourage.

De par leurs expériences, leur travail, les histoires qu’ils auront entendus à droite et à gauche, ils pourront vous être d’une grande aide pour vous trouver des lieux d’urbex.

Rappels :

  • –  Si un lieu ne vous semble pas abandonné, ne franchissez pas la porte.
  • –  Ne divulguez pas la localisation d’un endroit. Optez pour des indices.
  • –  Si aucun passage n’est déjà présent, n’essayez pas d’en créer un.
  • –  Ne cassez rien, ne volez rien, ne dégradez rien. Respectez le lieu.
  • –  Faites la distinction entre « abandonné » et « inoccupé ». Hélas, beaucoup se vantent aujourd’hui de trouver des lieux d’urbex qui ne sont ni plus ni moins que des habitations secondaires. Il s’agit dans ce cas de violation de domicile, punie par la loi.
  • –  Soyez prudents. Partez toujours avec au minimum un téléphone portable chargé, une lampe torche et une bouteille d’eau.
  • –  L’urbex est une pratique à la limite de la légalité. Suite à ces conseils, nous ne pourrons être tenus responsable des potentielles poursuites judiciaires à votre encontre.
Envoi
User Review
5 (1 vote)
Published By:

Author: Epona

Amatrice de paranormal et d'urbex, j'apprécie mettre en lien ces deux domaines, chaque lieu ayant une énergie, une histoire et une âme. Après une licence en psychologie, je me suis intéressée à la relation entre le paranormal et l'esprit humain. Le ressenti étant pour moi un sens fondamental dans le paranormal, je suis intimement persuadée que tout peut être expliqué sans pour autant être réfuté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 SURNATURBEX. All Rights Reserved. | SimClick by Catch Themes